mai 9, 2021

Le1979

Les dernieres News

Les passagers entre la France et le Royaume-Uni sont plus préoccupés par le Covid que par les contrôles post-Brexit

3 min read
Blog lifestyle homme, femme

Les voyageurs bravant les trains entre Londres et Paris le premier jour après la sortie de la Grande-Bretagne de l’union douanière de l’UE ont subi des contrôles supplémentaires, mais ils étaient plus inquiets des règles supplémentaires requises pour voyager avec le Covid-19.


Un service Eurostar très réduit assure le transport des passagers entre les capitales française et britannique pendant la pandémie. Les voyageurs à destination de Londres doivent être mis en quarantaine à leur arrivée et ceux qui se rendent à Paris doivent subir un test Covid-19 négatif.

Ceux qui descendent du train de Londres sur le quai de la Gare du Nord à Paris se trouvent confrontés à de nouveaux contrôles douaniers qui les attendent, avec des limites, des taxes et même des interdictions d’introduire certaines marchandises.

Les voyageurs britanniques qui ne résident pas en France peuvent désormais également bénéficier de réductions d’impôts sur leurs achats au départ de Paris.

« Nous allons progressivement habituer les voyageurs à ces services et à ces contrôles », a-t-il déclaré à l’AFP, soulignant que les contrôles ne doivent pas ralentir les flux et ne viseront pas tous les voyageurs.

Il a indiqué qu’environ 700 nouveaux douaniers français avaient été recrutés pour s’occuper de Brexit, ajoutant que le service avait été « innovant » en relevant le défi, avec la mise en place de kiosques automatisés permettant aux voyageurs britanniques d’obtenir leur remboursement de TVA.

Pas plus compliqué

Lorsque les passagers sont sortis du train nouvellement arrivé à Paris, certains ont été appelés par la douane pour s’arrêter et dire ce qu’ils transportaient (source ce site https://voone-actu.com/ )

« Quand je suis arrivé, ils m’ont demandé si j’avais des marchandises ou de la nourriture d’une valeur allant jusqu’à 300 euros. Si c’était le cas, je devais payer des impôts », a déclaré Stéphanie Bapes, une Française de 35 ans qui vit à Londres.

« Je rentre une fois par an, je ne devais pas être à la maison pour les vacances mais il y avait une urgence. J’ai acheté mon billet à la dernière minute, avec un test (pour le Covid-19) qui coûtait 200 livres (225 euros) ».

Victoria, 24 ans, qui porte le masque sanitaire obligatoire pour voyager, a déclaré qu’elle était plus préoccupée par la réglementation sur la pandémie que par les règles post-Brexit.

« Ce sont plutôt les procédures Covid que nous examinons aujourd’hui », a-t-elle déclaré.

De l’autre côté de la Manche, à la gare St Pancras de Londres, les voyageurs se sont égarés dans un hall de gare fantomatique dont les magasins habituellement très fréquentés sont toujours fermés.

« Ce qui a changé, c’est de savoir à l’avance ce que nous devons faire. J’ai pris une heure pour tout vérifier car nous avons Brexit et la pandémie », a-t-elle déclaré, ajoutant qu’elle prévoyait de passer un coûteux test Covid-19 afin de gagner une libération anticipée de la quarantaine.

« Je pense que c’est une grande erreur. Mais, c’est bien qu’un accord ait été trouvé, qui nous permettra de garder un lien« .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.